Le long voyage de l’Inter

Guarin

À l’annonce en novembre de la fin des dix-huit années de l’ère Massimo Moratti, le monde de l’Inter était bien conscient de perdre un guide. Et les résultats n’ont pas tardé à le démontrer. Depuis, les Nerazzurri vivent un long voyage de huit matchs, sept points et seulement une victoire. Celle du Derby, celle de l’espoir, certes. Mais alors que leur Beneamata est sixième à onze points de la 3e place et déjà éliminée en Coupe d’Italie, leurs tifosis s’impatientent devant l’incohérence de ce mercato hivernal et le manque de clarté de la stratégie d’Erick Thohir.

Du décalage horaire au silence, Moratti manque

« Recevoir une explication, un confort ou même simplement un sourire. » Luigi Garlando, célèbre journaliste de la Gazzetta dello Sport, racontait cette semaine que les tifosi intéristes aimaient se rendre le lundi matin au pied du bureau de Massimo Moratti. C’était une habitude, un moment qui faisait partie intégrante du monde Inter. Aujourd’hui, Thohir se rend à Milan une fois par mois et se fait entendre par le biais de communiqués sur le site officiel du club. Silence et distance.

Lire la suite

rticle publié sur SOFOOT.com le 26/01/2014.

FAUTETACTIQUE.com

Vous pouvez suivre Faute Tactique sur Twitter (@FT__com) et Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.