Merci Javier Pastore

Grand oiseau au corps maigre et aux fines ailes, Javier Pastore dépose en France ses petits ponts à prix d’or en juillet 2011. Un voyage de sept années plus tard, en juin 2018, l’oiseau s’envole vers d’autres cieux.

Sept années de gestes inattendus et de talent discontinu.

Sept années de  tête levée et de petits ponts élancés.

Sept années de surprise insoumise.

Et sept années d’articles sur FT : des reportages à Córdoba chez lui en Argentine, des entretiens avec ses ex entraîneurs et présidents, les récits de ses oeuvres et cette fascination insatiable pour un style unique, mêlant nonchalance, audace, talent et caractère dans des formes si argentines, siciliennes, parisiennes.

Gracias flaco.

Markus

Javier Pastore, le Flaco qui pèse tout là-haut

Pastore et la quête d’une idée argentine

Argentine – Looking for Javier Pastore

Pourquoi Javier Pastore peut faire voler ce PSG

Sur les traces de Javier « El Flaco » Pastore

Ángel Cappa : « Pastore doit jouer avec sa propre personnalité »

Entretien – Zamparini : « Mon coeur pleure pour Pastore… »

Protéger Pastore, un enjeu national

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.