Burgnich : « Le catenaccio, ils le font tous aujourd’hui »

Burgnich et Fachetti

Dans les années 1960, Tarcisio Burgnich était surnommé « la Roche ». Le stoppeur de la Grande Inter d’Helenio Herrera, qui aura joué trois Mondiaux avec l’Italie et remporté un Euro, aura aussi entraîné durant 23 ans dans toute la Botte. À l’occasion du numéro hors-série Tactique de So Foot, il revient sur les évolutions tactiques de son époque à aujourd’hui, de la courte vie du libéro aux méthodes du Mago Herrera.

Comment raconter le schéma tactique de l’Inter d’Herrera ? Moi, je jouais défenseur central droit, à l’époque j’étais ce qu’on appelait un « marqueur ». Mon rôle, c’était de défendre en individuel sur mon adversaire direct de la soirée. Dans cette équipe, il y avait quatre défenseurs : moi-même, Guarneri, Picchi et Facchetti. Mais on avait des rôles différents : Guarneri faisait comme moi sur l’autre attaquant, Picchi avait le rôle du libéro, et enfin Facchetti était une sorte de latéral gauche en avance sur son temps. Le premier au monde. Au milieu, on avait Tagnin qui nous protégeait. Et devant, cinq attaquants : Jair en ailier à droite, Peiro en pointe, Corso à gauche, et Mazzola et Suárez dans l’axe. Je peux vous dire que ça allait vite, avec tous ces créateurs…

Picchi, c’était quel genre de libéro ? Guarneri et moi, on jouait sur le dos de notre adversaire direct, on devait le suivre partout, alors que Picchi était derrière et avait pour occupation de rattraper nos erreurs. Si on laissait filer un joueur, il était là pour s’en occuper. Mais Picchi ne montait pas du tout comme Beckenbauer à l’époque. Il parlait beaucoup sur le terrain, il avait une vraie personnalité et cette capacité à donner envie de partir au combat, mais il ne dépassait pas la ligne des défenseurs. Je me souviens bien des discours d’Herrera : « Toi, t’es défenseur. Ton objectif, c’est de ne pas faire marquer les adversaires. Aucune erreur. Toi, t’es attaquant. Ton objectif, c’est de la mettre au fond. » Picchi, lui, c’était le défenseur des défenseurs. On ne pouvait pas sortir de nos rôles, à part Facchetti qui jouait sur toute la largeur et qui faisait ce qu’il voulait.

Les défenseurs ne sont pas amenés à être plus libres ? Moi, je dis toujours que l’attaquant est un fantaisiste que le défenseur doit annuler. À l’époque, le défenseur avait vraiment un second rôle : il bougeait seulement en fonction de son attaquant. Eux, ils faisaient. Et nous, on les empêchait de faire. À Udinese, Comuzzi me disait toujours : « Avec un œil et demi, tu regardes l’homme, et avec l’autre moitié de l’œil, tu surveilles le ballon. » Il n’y avait pas qu’Herrera qui pensait comme ça. En 1965, on joue en finale de Coupe des clubs champions contre le Benfica d’Eusébio. On défend un corner. Moi, je devais marquer Simões. Sauf qu’à un moment, il sort de la surface, et là je crie à Guarneri, plus proche de lui, que je prends en charge Eusébio. Ils tirent le corner, Simões nous contourne et passe à quelques centimètres de marquer. À la mi-temps, Il Mago vient me voir pour me demander ce qui s’est passé et m’explique : « Qu’est-ce que Simões est en train de faire, là ? Même s’il est aux toilettes, t’es censé être devant lui ! » (rires)

Et Herrera, tu l’as toujours suivi ? Avec moi, Herrera a toujours joué avec un libéro. Il n’a jamais abandonné cette idée. Je me souviens d’une défaite à Bologne, on avait perdu 2-0 et on s’était engueulé. Je lui demandais : « Mais quand un attaquant adverse passe le milieu et n’a plus de marquage, pourquoi je ne peux pas monter sur lui et demander au libéro de s’occuper de mon joueur ?! » C’était un « non » catégorique de sa part : « Occupe-toi toujours de ton homme, et basta ».

Qu’est-ce qu’il a apporté au football, alors ? Il Mago a tout changé. Il a révolutionné le foot pour l’amener dans le monde moderne. Pour tout dire, je pense qu’encore aujourd’hui, certains entraîneurs sont moins avancés que lui… À Turin, quand je jouais à la Juventus, on faisait quatre tours de terrain, puis des exercices de passes et enfin des oppositions. Quand je suis arrivé à l’Inter, c’était un autre monde : avec Herrera, on n’a jamais fait un seul entraînement sans ballon. Aujourd’hui, tout le monde est surpris par les méthodes de Mourinho et d’autres, mais Il Mago les appliquait déjà dans les années soixante. La technique individuelle, les passes, le système tactique, tout était travaillé en même temps.

burgnich herrera

Aujourd’hui, il a l’image d’un entraîneur très sévère… Il a fait d’un jeu un sport professionnel, tout simplement. Quand je jouais à la Juventus, en 1960, on s’entraînait le mardi après-midi, mercredi, jeudi et voilà. Le jour du match, le dimanche, on avait rendez-vous à 10h du matin pour manger avec l’équipe, et puis on jouait l’après-midi. Rien de plus. Avec Herrera, les entraînements étaient planifiés tous les jours, notre alimentation était programmée, et surtout il a inventé les mises au vert avant les matchs. À l’Inter, j’ai passé plus de temps en mise au vert avec mes coéquipiers qu’à la maison ! Le samedi, le Mago nous faisait une analyse de l’adversaire du lendemain. « Celui-là, il est droitier et son dribble préféré est comme ça. Celui-là, il est super rapide. Ce qui est dommage pour lui, c’est que Facchetti est encore plus rapide. Alors on va jouer comme ça… » Du coup, le dimanche, on savait tous exactement ce qui nous restait à faire pour gagner. Sur le terrain, Picchi parlait en tant que capitaine, mais Herrera avait déjà tout dit.

Quand est-ce que le libéro a-t-il commencé à disparaître ? Moi, c’est en 1975 quand je jouais au Napoli sous les ordres du brésilien Luís Vinício que l’on a commencé à défendre différemment, en zone. Concrètement, le défenseur qui se trouvait dans la zone du ballon partait presser au lieu de suivre son joueur. Mais si tu regardes aujourd’hui, il y a toujours un joueur au profil du libéro, dans toutes les bonnes équipes au moins. Aujourd’hui à la Juve, il y a Bonucci qui joue de façon très différente par rapport aux autres centraux. Il n’est pas beaucoup plus reculé parce que c’est impossible dans le football moderne, mais il a plus de temps pour manœuvrer et il dirige les deux autres, qui sont bien plus engagés dans les duels (Chiellini et Barzagli, quand la Juve a une défense à trois, ndlr).

Que pensez-vous du football en 2014, alors ? Tout le monde parle toujours de catenaccio en faisant référence à notre jeu dans les années 1960. Mais le catenaccio, ils le font tous aujourd’hui à défendre avec dix hommes sur trente mètres dès qu’une bonne équipe se présente en face. Le jeu est souvent très fermé, plus qu’à mon époque. Nous, on sortait le ballon sur Suárez, et ensuite l’équipe faisait des merveilles d’attaques rapides. C’était aussi une philosophie basée sur le talent. Aujourd’hui, voilà ce qui manque au football italien : des Suárez et des Corso. Des joueurs qui font la différence. Les systèmes, les schémas, c’est une chose. Mais le Bayern, le Barça, Chelsea et d’autres gagnent parce qu’ils ont les hommes qu’il faut. Le football italien a dû vendre beaucoup, et aujourd’hui il manque d’excellence, de talent.

Y a-t-il aussi un problème de mentalité ? Je me rappelle des discours de Trapattoni. « Ne prenez pas de buts ! L’objectif, c’est de ne rien encaisser. De toute façon, à ce jeu, il y en a toujours un pour la pousser au fond à un moment ou un autre… » Je pense que la mentalité italienne a beaucoup évolué dans ce sens-là.

Tous propos recueillis par Markus

Lire l’article sur sofoot.com

Article publié le 23/12/2014 sur SOFOOT.com

Lire les autres articles « Entretiens »

Une réflexion sur “ Burgnich : « Le catenaccio, ils le font tous aujourd’hui » ”

  1. Passionnant.

    J’entends souvent que quand l’inter, chelsea et d’autres ont gagner la ligue des champions c’était qu’en défendant, un bus devant les cages… Certes ils défendent beaucoup (notamment face au barca) mais faut pas oublier que devant ça joue au ballon, les attaques sont maîtrisées et efficaces. Il s’agit pas juste de défendre et de miser sur un coup de chance.
    Comme le dit Burgnich « Et devant, cinq attaquants »
    Après bien sur il faut avoir les joueurs qu’il faut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.