Zidane, l’artiste (FT&Co)

Si toi aussi tu veux participer à Faute Tactique, n’hésite pas à nous envoyer un article racontant ta passion sur un match, une saison, une équipe, un joueur, un stade, un tacle, un dribble ou autre. On accueillera toutes les propositions avec plaisir sur fautetactique@gmail.com.

Dans le cadre de l’exposition « Je suis innocent » du sculpteur Adel Abdessemed, le musée Beaubourg accueille une statue géante représentant la scène où Zinédine Zidane assène un coup de tête à Marco Materazzi. Là où certains voient dans ce bronze de cinq mètres simplement intitulé « Coup de Boule » une ode à la défaite ou une allusion à un Adam expulsé du paradis, nous proposons de la lire comme l’immortalisation de Zidane en tant qu’œuvre d’art et artiste. 

Un artiste

Tout au long de sa carrière, Zinédine Zidane a gratifié les fans de football du monde entier d’une multitude de gestes de grande classe. Tirs. Feintes. Contrôles. Et même penalties. Le tout avec une élégance et une aisance telles qu’il réussissait l’exploit de faire croire au commun des mortels que c’était facile. Cette apparente simplicité s’explique par une maîtrise technique hors norme et une vision du jeu quasi omnisciente. Peut-on pour autant qualifier ce que faisait Zizou sur un terrain de football d’œuvre d’art ? Peut-on le considérer comme un artiste ?

L’artiste est celui qui maitrise son instrument : le pianiste maitrise le piano, l’écrivain maitrise les phrases, le joueur de football le ballon. Mais si la simple maîtrise d’un instrument suffisait, alors tous les footballeurs seraient des artistes, de même que tout ouvrier… L’art va bien au-delà de la technique : il touche directement les sens. Ceux de l’artiste mais aussi ceux de son public.

Bergson définissait l’artiste comme « un homme qui voit mieux que les autres ». C’est sans nul doute ce qu’était Zidane dès l’instant ou il posait les pieds sur un terrain de foot. Le numéro dix de la plus belle version des bleus avait la capacité de voir les choses mieux que les autres, mais surtout avant les autres. En couplant cette capacité avec la maîtrise qu’il a de son instrument, le ballon, il parvient à réaliser des merveilles.

La panenka qu’il inscrit en finale du mondial 2006 alors qu’il défie le meilleur gardien du monde,  le portier de Squadra Azura Gianluigi Buffon, en est la parfaite illustration. Zizou s’élance. Buffon anticipe un tir au ras du poteau, comme le capitaine de l’équipe de France sait si bien les tirer. À cet instant il repense sans doute au but que le français a inscrit face à Eduardo au tour précédent, une frappe qui, lorsqu’elle est parfaitement exécutée techniquement, est physiquement imparable. Mais ça, Zidane le sait déjà : il « voit » déjà qu’il va transformer le penalty en tirant au milieu. Il lui suffit de pousser le ballon. Au lieu de cela, il réalise une pichenette. Le ballon s’élève pour percuter la barre transversale avant de rebondir derrière la ligne de but et de finalement faire le trajet inverse. Un but irréel. Le stade n’en croit pas ses yeux, Chirac reste la bouche grande ouverte, et les commentateurs se demandent  comment il a pu réaliser une telle prouesse. A la fois instantané et infini, ce geste marque un arrêt dans le temps. De l’art à l’état pur.

Un sauveur

Bien sûr, Zidane n’est pas le seul footballeur artiste, un sport offrant autant de liberté a vu naitre et s’épanouir de nombreux artistes (à lire, La Beauté sauvera le monde, sur Özil et Iniesta). Mais le numéro 10 des Bleus a un statut particulier. Ses actions aussi sublimes que décisives lui valent une aura de sauveur, sorte d’artiste messianique. Bien plus que Messi ou Cristiano, qui mettent de coté leur humanité pour se muer en machines à buts, Zidane est comme touché par la grâce divine lorsqu’il accomplit ce qui ressemble à des miracles. Un doublé de la tête face au Brésil en finale du mondial 98, dont un petit pont sur Roberto Carlos ! Le but de la victoire en finale de Champions League grâce à une reprise d’un autre monde sur un centre à l’aveugle du même Roberto Carlos ! Un doublé sur coup franc puis penalty face à l’Angleterre de Beckham et Rooney dans les dernières minutes pour offrir la victoire aux siens en ouverture de  l’Euro 2004 ! Un amour de passe pour Thierry Henry lors du quart de finale France Brésil en 2006 ! En demi finale un penalty que le gardien portugais n’arrêtera jamais malgré sa détente ! Et enfin un chef d’œuvre en finale face à Buffon !

Un homme

Les absences de Zizou et les contreperformances de son équipe dans ses moments contribuent à accroitre le statut de sauveur qu’on lui attribue. Son retour et le mondial somptueux qu’il réalise en 2006 auraient dû le consacrer comme un prophète du football, faire de lui un joueur à la limite du divin. C’est sans doute ce qui se serait passé si sa tête n’avait pas percuté le torse de Materazzi.

Le dernier geste de Zidane sur un terrain de foot aurait pu être sa Panenka, mais il en a été autrement et c’est sur un coup de tête que le joueur le plus proche de la perfection a mis un terme à sa carrière. Certainement pas un pétage de plomb comme on peut le croire : en battant Buffon le capitaine de l’équipe de France a prouvé qu’il avait du sang froid à revendre, mais peut-être un rappel de sa nature humaine ? Un refus d’atteindre la perfection pour demeurer à jamais un artiste qui la poursuit ? Un homme qui aurait opté au moment de faire son dernier choix en temps que footballeur pour la figure d’artiste contre celle de sauveur ? Toujours est-il que l’on se rappellera à jamais de lui comme d’un artiste, imparfait certes, mais magnifique.

Le « plus bel » acte illégal perpétré par un artiste du ballon rond remonte au 22 juin 1986 et la main de Dieu de Diego Maradona. L’histoire est la même à un détail près : El Pibe de Oro a marqué de la main en échappant à la vigilance de l’arbitre avant d’inscrire un but d’anthologie. Imaginez que Zidane ait d’abord frappé Materazzi avant de marquer sa somptueuse panenka… On parlerait peut être aujourd’hui du « coup de tête de Dieu »…

Hadi 

_

12 réflexions sur “ Zidane, l’artiste (FT&Co) ”

  1. « Bien plus que Messi ou Cristiano, qui mettent de coté leur humanité pour se muer en machines à buts, Zidane est comme touché par la grâce divine lorsqu’il accomplit ce qui ressemble à des miracles. »
    Très drôle.

  2. un article zidanesque, zidane a marqué l’histoire du football, mais c’est auusi que sa sortie de scène est pathétique, le coup de boule face à materazzi en finale de la wold cup, c’est le coup de sang de trop, mais zidane reste zidane, l’un des meilleurs joueurs de tous les temps.

    1. So my husbands sperm count, morphology & motility we27;&1#8re all very low and we had been told that are chances of getting pregnant were slim. So I had him try a supplement called fertility blend for men that he started taking 3-4 months ago. Just recently on 11/14/09 we went in for an IUI and we were all shocked to find out that all his counts had improved by 4 1/2 times! I would definetly recommend trying this out it worked for us and I’m so hopeful now! We hope to find out that we’re expecting by 12/5/09 wish us luck!

  3. I just like the helpful information you provide on your articles. I will bookmark your blog and test once more here frequently. I’m moderately certain I will learn many new stuff right here! Best of luck for the next! edgbgfgeadck

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.