Ronaldo était-il meilleur que Messi ?

Mercredi dernier, Messi s’est vu incapable de prendre le dessus sur un Nesta de 36 ans revenant de blessure. Ça nous a fait penser à une finale de Coupe de l’UEFA de mai 1998, lors de laquelle Ronaldo Luiz Nazario de Lima avait fait du Romain de 22 ans une victime de plus.  Et si le Ronaldo 1994-1999 était meilleur que le Messi 2008-2012 ? Il ne s’agit pas ici de dire que Ronaldo a fait mieux que Messi, dont les records parlent d’eux-mêmes, mais plutôt de poser la question : et si le brésilien était peut-être tout simplement plus fort ? Mais que l’Histoire a mal tourné. Ce soir-là au Parc, Ronaldo n’avait que 21 ans. Cet article ne cherche pas à démontrer que Ronaldo fût meilleur, car c’est impossible à prouver, mais il invite modestement à la réflexion et souligne l’oubli prématuré que souffre Ronaldo dans le débat du meilleur joueur ayant jamais joué à notre fabuleux sport.  

 

Ces trois dernières années ont consacré le roi Messi. Ses performances des derniers mois l’ont même élevé au rang d’intouchable auprès de ses contemporains. « Comparer Cristiano et Messi, c’est une insulte au football », aiment dire de nombreux observateurs. Une cinquantaine de buts par saison et autant de titres, c’est certainement du jamais vu. Alors, plus grand joueur de l’Histoire ? Meilleur joueur ayant joué au football ? Il faut faire ici une distinction. Dans notre article The Pulga’s Speech, nous avions parlé du titre de « plus grand joueur de l’Histoire », selon nous inaccessible pour Messi du fait de son déficit de grandeur en comparaison à Maradona. Mais ici, notre réflexion se concentre sur le titre de « meilleur joueur » : celui qui a atteint le plus grand niveau de jeu sur une période donnée. Et malgré les discours nuancés qu’avaient pourtant provoqués le Mondial 2010 et la Copa América 2011 de Leo, ce titre lui est à nouveau décerné quasi unanimement. Mais affirmer qu’aucun joueur n’a jamais su faire ce que réalise Leo sur ces deux dernières saisons, ce n’est pas oublier un peu vite Ronaldo ? Car il y a une douzaine d’années, un brésilien qui répondait au surnom de Il Fenomeno atteignait déjà un niveau inimaginable. Quitte à fâcher les pro-Messi, posons la question suivante : qui a atteint le plus haut niveau de jeu, Ronaldo ou Messi ?

Deux époques différentes, des défenses différentes, des clubs et des joueurs différents, des styles différents et même des compétitions différentes. Tout cela rend toute comparaison exacte impossible, mais il existe tout de même des critères de référence qui nous permettent de jauger leur talent respectif. Surtout, nous pouvons analyser les éléments qui font que Ronaldo a été oublié si vite, comme ses blessures ou le manque de timing de sa carrière. Oublié, balancé à la poubelle, réduit à se faire traiter de gros pour toujours ? Aujourd’hui, si vous tapez « Ronaldo wikipédia » sur google, le profil de Cristiano apparaît avant celui de Ô Fenômeno. Terrible réalité. Le pire, c’est d’aller voir ce profil wikipédia et se rendre compte que la légende n’a que 35 ans. 

Stats et palmarès

De nos jours, une performance est vite disproportionnée. Neymar a dépassé la barre des 100 buts en pro en février à tout juste 20 ans. C’était il y a deux mois, et tout le monde semblait oublier qu’à 20 ans, Ronaldo en était aussi à plus de 100 buts, mais en Europe. De 1994 à 1998 (18 à 22 ans), Ronaldo marque 101 buts en 115 matchs de championnat. Messi en est à 123 en 127 matchs sur les quatre dernières saisons, mais seulement 53 en 102 matchs de 18 à 22 ans. Ronaldo a remporté deux coupes du monde (et une finale), deux Copa América (et une finale) et une Coupe UEFA tandis que Messi a gagné trois Ligues des Champions. En 2010 et 2011, Messi marque 31 et 34 buts en Liga, à 22 et 23 ans, dans un Barça qui tourne à une différence de buts de +74 lors des deux saisons. En 96-97, à 20 ans, Ronaldo marquait déjà 34 buts dans le championnat d’Espagne, dans un Barça qui finissait deuxième avec une différence de buts de +54. Une Liga hyper compétitive qui comptait dans ses rangs des légendes qui marquaient pourtant bien moins, comme Suker (25), Raul (21) ou Rivaldo (21). Enfin, Ronaldo a remporté deux Ballons d’or et trois Fifa World Player, tous avant d’avoir soufflé ses 26 bougies, et de son côté Messi en est à trois et trois, à 25 ans cette année. Match nul ? Oui, même s’il faut forcément prendre en considération ces merveilleux 15 buts en Coupe du Monde, record inégalé et certainement inégalable (Klose en 2014 ?). Messi et Cristiano en sont à combien, d’ailleurs ? Messi répond toutefois avec ses exploits en Champions League (déjà 49 buts et 14 assists en 65 matchs !).

Un joueur trop en avance sur son temps

Si Ronaldo était né dix ans plus tard, s’il avait pu profiter des dernières avancées extraordinaires en termes de préparation physique, jusqu’où aurait-il pu aller ? A propos de ces avancées, le témoignage du mythique Puyol est assez révélateur (lien vers l’interview) : « Je prends un supplément alimentaire Powergym avant le match et à la mi-temps. […]Avant, je prenais du café avant mes matchs. Si tu n’as pas de bons suppléments, c’est difficile de tenir 70 matchs par saison ». Révélateur, on vous disait. A son arrivée à l’Inter, la Gazzetta définissait Ronaldo comme « le prototype du champion du nouveau millénaire ». Ronaldo a accéléré le football comme personne ne l’a jamais fait. Beaucoup plus vite, beaucoup plus fort. Et même trop vite, trop fort. Un niveau que son corps ne pouvait pas supporter. L’histoire de Ronaldo, c’est celle d’un joueur trop avancé sur son temps. Un jeu « so 2010 » dans les années 1990. D’où un petit problème. Comme le souligne Sandro Mazzola, meneur de jeu de la Grande Inter des années 60 : « Ronaldo avait un jeu brésilien avec la vitesse du football européen. » La Gazzetta aura vu juste en avançant qu’ « avec les caractéristiques qui sont les siennes, il ne peut en fait peut-être qu’exister un joueur virtuel. » Wenger a bien raison quand il affirme : « Messi a six ou sept grandes années devant lui et il peut devenir incroyable. Touchons du bois pour que rien ne lui arrive. » Sans se pencher sur la question de savoir si Messi aurait percé au plus haut niveau s’il avait été né en 1976, nous pouvons nous demander jusqu’où serait allé le joueur Ronaldo s’il était né dix ans plus tard.  

Jamais au bon endroit au bon moment

SI l’impact de Messi a une telle portée dans le monde du football de 2012, c’est aussi parce qu’il joue dans le Barça de Guardiola. Cette équipe qui allie rêve et rigueur comme peut-être aucune autre auparavant a réussi l’exploit d’à la fois tout gagner et de paraître sympathique aux yeux de la plupart. D’ailleurs, plus il gagne, plus on l’aime, aux contraires des Schumacher, Nadal ou encore Armstrong qui sont vite devenus insupportables aux yeux du public français par exemple. Messi en est l’une des principales raisons, mais les choses auraient sans doute été différentes si Rijkaard était encore le coach des blaugrana ou si Eto’o était resté au Barça. D’ailleurs, jusque là le Barça a toujours fait le bon choix, vu que les résultats leur donnent encore raison.

Ronaldo, c’est tout le contraire. Non seulement il ne joue jamais dans « l’équipe du moment » (à part avec la Seleçao), mais en plus il doit s’adapter à un nouveau championnat et à de nouveaux coéquipiers chaque saison. Pas de quoi avoir une progression optimale. L’adaptation, parlons-en. 55 buts en 56 matchs au PSV pour ses deux premières saisons en Europe (malgré d’incessants problèmes au genou gauche et une première opération). Puis 47 buts en 49 matchs avec le Barça, Ronaldo croque la Liga. Mais comme le dit Capello en 1997 (alors à la tête du Real Madrid, vainqueur de la Liga avec 92 points), « on ne peut pas remporter un championnat tout seul ». Si, avec ce Barça de 96-97, Ronaldo marque 34 buts en Liga, qu’aurait-il fait avec Xavi et Iniesta à côté ? Aux Pays-Bas, son PSV doit affronter la génération dorée de l’Ajax de Van Gaal (saison invaincue en 95, LDC 95 puis finale en 96). Ensuite à l’Inter, son premier championnat se termine le 26 avril 1998 sur la fameuse faute de Iuliano non sifflée au Stadio delle Alpi et pas loin de provoquée une crise institutionnelle dans la Federcalcio (photo). Le Scudetto que Gigi Simoni dit encore aujourd’hui avoir gagné. Pendant ce temps-là, le risque de voir Messi triompher seulement en Catalogne est tristement très élevé, au vu des dernières déclarations de l’argentin et du peu de perspective de succès de son Albiceleste, sans titre depuis 19 ans.

Finalement, lors de ses plus belles années, Ronaldo ne joue que l’édition 98-99 de la Ligue des Champions,  lors de laquelle il se blessera et ne disputera que six matchs. Enfin, Ronaldo arrive au Real en juin 2002, quelques semaines seulement après que le club madrilène ait remporté sa neuvième Ligue des Champions. Comme un symbole.

Une autre époque, une autre adversité

Un autre élément à prendre en compte est le fait que Ronaldo jouait à une époque plus « difficile » pour les attaquants : celle des Thuram, Cannavaro, Nesta, Maldini, Stam, Hierro, Costacurta. Qui dit mieux ? Une ambiance nineties made in Dennis Rodman et Dikembe Mutombo. A l’époque, on ne rencontre pas Bate Borisov, Viktoria Plzn puis ce Bayer Leverkusen en Ligue des Champions. Bien entendu, il faut répéter que Messi n’a pas choisi son époque et que cela n’enlève rien à ses mérites. Ce serait le comble de lui faire un tel procès. Mais il est aussi vrai que Messi a eu de grosses difficultés face au Milan en 2012 ou l’Inter en 2010, ou encore dans les matchs très fermés du Mondial 2010 et de la Copa América 2011. Un petit but (pénalty) en sept matchs contre des équipes italiennes, statistique qu’il pourra améliorer ce soir face au Milan. Personne ne peut savoir si Ronaldo aurait su résoudre ces matchs, mais nous pouvons toujours nous poser la question.

Deux exemples de ces matchs compliqués. 22 mars 1998, Milan-Inter 0-3. Son duel avec Maldini est fantastique, Ronaldo marque le deuxième but (vidéo). Comme Messi lors des Clasicos, Ronaldo se transcende lors des Derbys della Madonnina. Et puis Spartak Moscou-Inter Milan en demi-finale de Coupe UEFA 1998. Sur un terrain absolument impraticable qui ferait passer la pelouse du Meazza de mercredi dernier pour un billard, Ronaldo se transcende, joue comme à la plage et marque un doublé d’anthologie, dont un chef d’œuvre ponctué par sa feinte classique sur le gardien (vidéo).

N’oublions pas le mythe Ronaldo

Entre 1994 et 1999, Ronaldo, c’est avant tout l’image d’un jeune brésilien au look génial et aux airs de super-héros. Malgré la proximité temporelle avec le grand Diego Maradona, Ronaldo se fait facilement une place dans le cœur de tous les footeux de la planète. C’est R9, la virgule Nike, les pubs Pirelli. Ronaldo représente la prise de pouvoir de la jeunesse, de la vitesse. Il est le symbole de cette révolution qui fait définitivement entrer le football dans la mondialisation. Pour reprendre la Gazzetta, Ronaldo est irréel. Lors du Mondial 98, il est l’attraction numéro un. The Big Thing, c’est lui.

Une autre caractéristique qui en a fait une légende est sa faculté à toujours aller vers l’avant. Jamais une passe en retrait, comme si Ronaldo n’avait pas le temps de temporiser. Il allait toujours au duel et tentait quelque chose à chaque prise de balle. Ronaldo donnait l’impression d’un rythme endiablé par des accélérations continues qui usaient les plus grands défenseurs au monde, comme nous le rappelle cette merveilleuse anecdote : à la fin d’un match amical contre le Brésil, le gardien de but islandais Birkn Christiansen souffre d’un vilain torticolis : « C’est la faute de Ronaldo, je n’arrivais pas à suivre ses mouvements ». Imaginez le plaisir que l’on aurait si Messi se mettait à chaque prise de balle dans le sens du but et venait défier ses adversaires.

Se rappeler de Ronaldo, c’est aussi se souvenir de ses larmes en 2000. Et ses larmes en 2008. Et ses larmes en 2011. Une facette que l’on espère ne jamais connaître chez Lionel Messi, même si elle aura rendu Ronaldo plus humain, vulnérable et touchant. D’abord une première grave blessure au genou avec l’Inter, le 21 novembre 1999. Puis vient le fameux 12 avril 2000, six mois plus tard. C’est son grand retour, à l’Olimpico de la Lazio. Six minutes après son entrée en jeu, Ronaldo prend la balle, deux feintes, une de trop. Le brésilien s’écroule lentement au sol. Fernando Couto lève les bras au ciel comme s’il venait d’assister à un massacre. L’ordre du monde se dérègle, l’impensable arrive. Simeone, Zamorano, Panucci, Lippi, tous se demandent ce jour-là comment la vie peut être si tragique (vidéo, sortez les mouchoirs). La nature décide de ne pas laisser jouer celui qui était devenu incontestablement le meilleur de tous. Deux années, les doutes, les remises en question, les images terribles de sa rééducation, les nombreux soutiens et le T-shirt « Non mollare » de Seedorf. Et enfin le Mondial 2002. Huit buts. Dont un doublé en finale. « Vous ne pouvez pas imaginer ce que signifie passer deux années sans pouvoir travailler, sans pouvoir faire ce que vous aimez faire. Coupez les mains d’un écrivain, puis redonnez-lui après deux années, on verra si c’est pour l’argent qu’il écrira, ou par passion. La vie m’a appris beaucoup durant ces deux longues années. »

L’an dernier, le 14 février 2011, triste jour de la Saint-Valentin, en conférence de presse à Rio de Janeiro, Ronaldo fond en larmes en moment de lâcher un émouvant « J’ai perdu contre mon corps », avant de s’excuser de ne pas avoir remporté la Libertadores avec les Corinthians. Pourtant, même avec tous ses kilos en trop, Ronaldo plante 29 buts en 52 matchs de championnat au Brésil. Nous verrons si Cristiano et Messi seront capables de faire ça quand ils seront gros. Il est aussi là le niveau, et ouais.

Personne ne saura jamais jusqu’où aurait pu aller Ronaldo s’il ne s’était jamais blessé. Combien de Coupes du monde aurait-il pu gagner ? Combien de Ligues des Champions ? Combien de Scudetti ? Notre seule certitude, c’est que le niveau de jeu que Il Fenomeno nous a proposé lors de ses cinq premières saisons européennes de 1994 à 1999 venait d’un autre monde, tout comme celui de Messi actuellement. Faisons donc honneur au plus grand des gros quand l’on cherche à savoir si Messi joue mieux que personne, en rappelant qu’il y a une douzaine d’années, le ciel semblait être la seule limite d’un autre grand champion sud-américain, devenu avec le temps presque virtuel.    

 

Markus

_

Suivez FAUTETACTIQUE.com sur Twitter

Suivez FAUTETACTIQUE.com sur Facebook

43 réflexions sur “ Ronaldo était-il meilleur que Messi ? ”

  1. un grand bravo a l’auteur de ce magnifique article, qui met en avance la qualité d’un homme qui est vite oublier alors qu’il est sans doute le plus grand attaquant de tous les temps.
    ce article nous montre aussi une chose messi a beau etre un tres grand champion il est sur-estimé, car plusieurs personnes a sa place aurait fait des merveilles je pense notamment a son acolyte de concurrent cristiano ronaldo qui lui aussi s’il etait au barca aurait aujourd’hui 4 ballons d’or d’affilé et puis il ya aussi le faite de ne rien prouver avec son argentine natal qui assombri un peu son billan.
    une chose est sur messi est certainement grand, mais ne vaux jamais celui que la presse nous vend a savoir le meilleur de tous les temps

  2. Excellent article !
    autre différence entre les deux,si je puis me permettre,en dehors du terrain,mais Messi aussi bon suit-il sur le pré,n’a aucune personnalité en dehors,un pti bonhomme vide,au contraire de ronaldo qui a beaucoup plus de présence,sans non plus être un prix Nobel hein,mais qui dégageait quelque chose.
    et puis sportivement parlant,Messi,aussi fort soit-il,ne peut pas non plus être déclaré meilleur joueur de tout les temps devant Pelé,Garrincha,Romario,Maradona ou encore Beckenbauer alors qu’il n’a jamais rien gagné en séléction et que,comme vous le souligniez,n’a jamais endossé un autre maillot que celui du barça…

    encore une fois,très bon article,à quand le format papier ???

    1. Merci pour le commmentaire.

      Oui tu peux te permettre car on est entièrement d’accord avec toi. On t’invite à lire l’article « The Pulga’s Speech » qui parle du déficit de grandeur du personnage Leo Messi.

      Bonne lecture !

  3. j’ai d’abord regardé la vidéo de sa blessure et j’ai failli pleurer… 🙁

    j’ai ensuite regardé les vidéos de ses deux buts et j’ai failli pleurer!!! 🙂

    Tellement extraordinaire ce joueur! j’espère qu’il gardera son record de buts en coupe du monde et qu’il ne se fera ni dépasser par Messi (quasiment sûr) et surtout pas par Klose qui n’a jamais rien fait de sa vie.

    Même gros ça aurait été un régal pour notre Ligue1 et surtout qu’il allait à l’encontre de son corps pour continuer à jouer et à mettre des buts magnifiques même si c’est au Brésil.

    Longue vie à Il Fenomeno!

    1. Bien dit ! Cela attristerait pas mal de monde de voir Klose battre le record de Ronaldo au Brésil, mais ça reste assez improbable donc espérons que de nombreux attaquants allemands vont exploser d’ici là…. Après, on ne sait jamais, Messi peut toujours marquer 15 buts en 2014, il suffit d’une poule facile, 3 matchs, 3 quintuplés et c’est fait. Avant de se faire éliminer par l’Angleterre en quarts sur une « hand of god » de Crouch, histoire de détruire tous les mythes de la Coupe du Monde en une seule édition…

  4. Très bon article comme toujours et magnifique commentaire « Avant de se faire éliminer par l’Angleterre en quarts sur une “hand of god” de Crouch, histoire de détruire tous les mythes de la Coupe du Monde en une seule édition… »
    Haha !

  5. Magnifique article ,Ronaldo était supérieure, lui il n’a jamais tricher , ni bénéficier d’une protection des arbitres , rien de comparable .

  6. Messi est meilleur que Ronaldo. Le seul joueur qui a fait autant que Messi en club et aussi bien en selection (qu’en club, j’entend) est Beckenbauer. Les autres sont en dessous de Messi. Messi c’est Ronaldo x 10.
    Personne attenue les performances de Ronaldo en disant qu’il jouait avec Romario, Rivaldo, Roberto Carlos ou Ronaldinho, personne attenue les performances de Beckenbauer en disant qu’il jouait avec Muller, Maier et Breitner.
    Maintenant les deux joueurs se ressemblent, et sans Ronaldo il n’y aurait peut-etre pas eu de Messi.
    Et pour finir, Ramos, Vidic, Ferdinand, Thiago Silva, Terry, Lucio, c’est pas de la tarte non plus.

    1. Merci beaucoup Esteban !
      Qd l’auteur dit « Ronaldo allait toujours de l’avant et pas Messi » je rigole. Messi est un meneur de jeu et Ronaldo un pur 9, vous en connaissez bcp de meneur qui ne joue que vers l’avant ou des 9 qui passent leur vie à jouer en retrait ?
      Qd l’auteur dit « Ronaldo n’était pas dans le Barça de Guardiola », il oublie de dire qu’il a été dans le Real des Galactics avec Beckam, Zidane, Figo, Raul, Hiero etc etc mais qu’il n’a pas gagné grand chose pour autant.
      « Les larmes de Ronaldo le rendent plus humain » entre ses 18 et ses 20 ans, Messi a aussi eu son lot de blessures avec des larmes…

      Le début de l’article est intéressant, mais ensuite l’auteur devient subjectif. Pepe, Ferdinand, Ramos, Varane, Terry, Chiellini, Bonnucci, Diego Godin, Chivu etc etc sont nuls? Sans compter les milieux défensifs comme De Jong, Thiago Motta, Xabi Alonzo, Lanssana Diarra (pas un génie mais une vraie brute lors des clasico notament) etc etc parce que Messi décroche beaucoup à leur hauteur pour donner le tempo dans le jeu.

    2. les defenseurs que u a citez sont just des célibrité ils ont tout a envier o defenseur que R9 affrontai on a vu ls faibless d Terry ls limites de Thiago silva et la lenteur de Ramos et j t parle po d piqué heuresement ki es son coéquipier

  7. superbe article. Ronaldo est surement le meilleur jouer que le football a connue;il na pas u de chance a cause des blessures sinon il aurais explose tous les records.dans les années 90 je me rappel que tout le monde disais que ce joueur viens d une autre planète;ces jestes technique;sa vitesse;sa puissance;sa façon d aller toujours en avant et de ne jamais jouer en retrait;c étais tout simplement divin;a chaque fois que Ronaldo avais le ballon c étais un bonheur a regarder;ce joueur ma fait rêver;il a apporte un nouveau souffle au football des années 90 qui d ailler étais trop en avance pour son époque. Ronaldo est pour moi personnellement le meilleur joueur du monde suivis de ronaldinho qui lui aussi a transforme le foot avec ses jestes technique venu d une autre planète.

  8. seulement le meilleur rien a dire il a tracer la reoute pour ses freres qui sont la aujourdhui en tout cas pour mw il nes pa degal un grand merci pour fautetactic.com je vous aiment vous mavez rendu un grand service vs ets les meilleurs merci merci merci choukran

  9. un très bon article
    Messi et ronaldo ne sont pa comparable car il vienne de deux epoque different en plus de cela Messi a toujour deméré a Barça alor que R9 a sionné les grand club en montrant toujour sa competance

  10. Si c’est sur l’impression visuel uniquement, si on prend tous les joueur a leur apogée, Ronaldo est tout simplement le joueur le plus impressionnant a regarder de l’histoire.
    Messi est certainement plus efficace en terme statistique mais n’a pas une panoplie technique variée, ses buts sont tous identique, et contrairement a R9, il n’a pas les armes pour pratiquer tous les type de jeu, voila pourquoi il se heurte régulièrement à des difficultés en équipe national, car le jeu pratiqué y est plus rugeux et mois leché qu’au barca..
    Ronaldo à dominé de façon écrasante la meilleur génération d’attaquant de l’histoire:(Raul,berkamp,henry,batistuta,baggio, shevchenko, van nistelroy,kluivert, inzaghy, weah, klinsman, vieri, crespo, trezeguet, owen……).
    Pour etre juste, je dirait que Messi est le meilleur joueur de l’histoire « en club », et que R9 avait tout pour etre le meilleur de l’histoire de ce sport mais que le destin a fait qu’il restera seulement mais de tres loin le meilleur avant centre de l’histoire.

  11. Avec la tendance assez facile que nous avons tous de dire que c’était mieux avant, je peux aussi dire que Messi n’est pas aussi bon que Ronaldo l’était. Mais il faut remettre les choses dans leurs contextes afin que l’article ne soit pas essentiellement à charge, et redonner à Messi toute la place qu’il mérite. Parce qu’éviter soigneusement de mentionner que Messi rien qu’en liga c’est 34,31, 50, 46 buts respectivement les 4 dernières saisons … il ne faut juste pas oublier que c’est le meilleurs buteur de l’histoire de l’argentine … nul part ce n’est mentionné!

    Outre les chiffres faut remettre le contexte technique et tactique en jeux! Je reste convaincu qu’aujourd’hui, à l’heure où tous les coachs s’affolent autour du 4-3-3 ou 4-5-1( avec ses différentes nuances) je ne vois pas tres bien dans quelle équipe de l’élite Ronaldo aurait réalisé les même prouesses avec le style de jeux de cet époque. J’ai connu Ronaldo très bon avec des 10 Majestueux dans son do, ce qui ne saurait exister de nos jours.

    Donc je suis assez partagé, ou défaut moins tranché et définitif que l’article!

    1. le football pars plus vite avec le temps certe mai l’impact physique et l’agressivité s’amenuisent un Ronaldo a son nivo avant pré-1999 t’explose toute les defenses actuelle. Don oui ô fenomeno serai efficace comparer a la Pulga k lorsquil croise l fer avc ds equipes guerrières c la mere a boire pour lui

  12. Merci pour cet article, j’adoré ce mec, j’étais en transe devant ma télé dés qu’il touché une balle lol, je l’oublirai jamais, sa restera pour moi le meilleur de tous les temps ! il dribblé n’importe quel defenseur avec facilité, c’étais beau cette epoque !

  13. Commentaire pour Ngass:

    Messi n’est pas le meilleur buteur de l´histoire de l’argentine (35 buts) c Batistuta 56 buts.
    Ronaldo a 20 ans ac 1 Barca 10 fois moins fort que celui de ces 6 dernières années c 34 buts en liga, 47 buts en 49 matchs toutes compétitions confondu (19996/1997). Met le Ronaldo d’avant blessure (cruzeiro, Psv, Barca, Inter) en avant centre avec derrière lui Iniesta Xavi Busquest Ronaldinho Deco je peu te dire qu’ il explose tout les records de buts de Messi. Messi ne c’est impose qu’au Barca, Ronaldo en Hollande Italie Espagne, comme le dit si bien l’article Nesta (36 ans) a musele Messi, la serie A l’epoque de Ronaldo c’etait le catenaccio ac (Maldini,Nesta, Costacurta a l’eur apoge) et Ronie leur mettais la misère tous les dimanche.

    En sélection Ronaldo c 2 coupes du monde, une finale, 2 copa america, 1 coupe des confédération le deuxième meilleur buteur de l’histoire du Brésil (62 buts< Pele 77 buts), ballon d'or CMD 98, Ballon d'argent 2002+ soulier d'or, deuxième buteur de l'histoire de la CMD. Le tout avec 3 blessures gravissimes au 2 genoux et 3 ans d'arret.

    Messi en sélection c'est ZÉRO rien de rien aucun titre

    Ronaldo R9 est tout simplement le meilleur joueur de tout les temps même avec ses blessures alors imagine sans!

    Objectivement le meilleur c'est un fait!

  14. Ronaldo (le vrai) n’est pas de Cristiano Ronaldo et de Messi pour la seule et bonne raison qui est que quand il a dominé dans tous les championnats avant sa blessure de 99 il n’avait pas dans ses clubs du niveau de Manchester United de 2004 à 2009 et Réal actuel ou comme le barça actuel.

    Ronaldo avec des bons joueurs il a tout fracassé. Alors que Messi et Cristiano Ronaldo ont toujours été entouré par les meilleurs joueurs de leur époque. Cristiano Ronaldo à Manchester (Rooney, Tevez, Berbatov, Giggs, Scholes, Keane, Van Nistelrooy) au Real (Kaka, Rodriguez, Higuain, )

    Messi (Deco, Ronaldinho, Xavi, Iniesta, Eto’o , Henry, Neymar, Suarez)

    Alors que pour le vrai Ronaldo ses coéquipiers en club (je parle pas de la selecao) avant sa blessure en 99 (Djorkaef, De la Peña, Nilis, Zamorano) pour affronter des :Hierro, Maldini, Cannavaro, Nesta, Roberto Carlos, Ferrara, Ayala, Stam, Desailly, Blanc, les frères de Boer, Veron

    Sans oublier les gardiens qu’il affrontait:
    Barthez, Schmeichel, Peruzzi, Buffon, Kopke, Kahn,

    J’aurais bien voir Messi et Cristiano avec les mêmes coéquipiers en clubs que Ronaldo r9 avant qu’il aille au Réal affronter les joueurs et Gardiens que j’ai cité en haut

  15. j’ai vraiment aimé cet article. Ronaldo est un joueur qui est considéré comme l’idole de tous les avants centre. comment pourriez vs le comparer avec messi? la c’est une insulte. NS avons connu messi à Barça. toutes ses prouesses à Barça. a l’Argentine rien du tout. n’alterons pas l’histoire messi est meilleur dans son temps mais Ronaldo il est le meilleur de tous les temps. R9 double ballon d’or mérité, double coupe du monde c’est déjà plus que 10 ligue de champions. Ronaldo c’est vraiment l’idole de tout un peuple.

  16. Meilleur attaquant au monde confirmer par tout les vrai footballeur pas les branleur qui connaisse rien au football ,Ronaldo même la aujaurdhui il met Messi dans son slip de nain ,même Maradona la dit Messi de la merde en Boite à fait quoi avec la sélection euhhhhh rien quil joue ailleurs et la on parlera ,trop de journaliste le pompe ,r9 je tes copier j’ai essayer en tous cas jén est casser dès rein avec ton football d’une autre galaxie combien de pro on essayer de te copier … Je rêve de voir un autre r9 extraterrestre mes ce n’est que des rêve

  17. Pour savoir qui est le meilleur d’entre eux deux il faut juste comparer les performances individuelles , pas les ratio de buts. Et objectivement R9 est plus fort( vitesse puissance variété de dribble frappe pied droit et gauche)

    Messi n’a pas de pied droit et il joue dans un club avec certainement la meilleur tactique de jeu au monde. Pour les pro du ratio de but dite vous que Messi à eu besoin d’au moins cinq saison pour avoir des supers stats, tandis que R9 en une saison il a tout casser au Barca et avec des joueurs moins forts, Ronaldo était plus précoce.

    Je n »enlève rien au talent de Messi mais il joue à une époque ou le foot est plus offensif ou il y a un peu moins de grand nom en défense. R9 ne fessai pas que dribblé les défenseurs, il les fessai tombé, de voir sa c »était hors du commun.

    Si ce joueur n’avait pas été arrêter par les blessures il aurait eu au moins 3 ballons d’or en plus.

  18. La question ne se pose même pas. Qui a eu la chance come moi de le voir régulièrement sait qu il n’y a pas photo. Incroyable ce qu’il faisait et à la vitesse à laquelle le faisait. Et en plus il était plus beau à voir sur le terrain par rapport à l’argentin. Markus sei il migliore!

  19. C’est vrai Ramos, Tiago Silva, Vidić, Ferdinand, Lucio, etc sont également d grands défenseurs, mais pas mieux que Nesta, Maldini, Canavaro, Puyol, Desailly, Ayala et j’en passe… Comme le dit l’article qui est d’ailleurs excellent pour moi, Messi s’est retrouvé incapable face à un Nesta d 36 ans, or ce dernier en 98 a été cassé les reins par Ronaldo, mais enfin, parlant de ses coéquipier, ce qu’il a fait à Compostela, il avait quel coéquipier, quand il était au Psv il avait quel coéquipier, à l’Inter Yohan Djorkaeff affirme que pendant les séances d’entraînement, à la fin d l’entraînement ils faisaient 8 contre 8, mais c’était incroyable, on dirait il s’amuse avec des enfants, et il reproduisait la même chose sur le terrain. La seule chose à dire c’est qu’il n’était pas humain. Et son nom lui correspond, El fenomeno. Il a fait ce qu’aucun joueur n’a pu faire pour le football. Comme le disait Maradona : « Ronaldo es el maestro del futbal », ou Pelé même : « Nul ne peut se comparer à Ronaldo » ou encore Zidane même : « Ronaldo est mon idole », pourtant ils ont joué à la même époque les deux, Youri Djorkaeff:  » Ronaldo est le joueur qui m’a le plus marqué de l’histoire du football », j vais pas tous les citer il sont plein. Nasri: « c’est un extra terrestre, Ronaldo » etc. Vraiment merci pour l’article, j suis en retard c’est vrai mais bon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.