Les Oubliés : Bergkamp, Recoba et Brolin

Dans cette rubrique, retrouvez chaque mercredi les meilleures vidéos Youtube de trois joueurs plus ou moins oubliés qui ont pourtant marqué leur époque.
Cette semaine : Dennis Bergkamp, Alvaro Recoba et Tomas Brolin.
 
 

 

Dennis Bergkamp, un grand qui devrait être parmi les très grands 

Parmi les très grands, c’est à dire côte à côte avec Zizou sur les années 1990 et 2000. Certains diront que ce qui a différencié les carrière des deux joueurs, c’est la chance. D’autres diront qu’il a manqué de caractère à celui qui refusait de prendre l’avion. On se rappelle de sa classe, de son but contre Newcastle et de son enchaînement sur Ayala en 1998, mais on oublie qu’il est passé tout près de cotoyer les plus grands de ce sport. Il terminera finalement sa carrière sur un goût d’inachevé, ne rentrant même pas en jeu lors de la finale de la Champions League 2006 à Paris. 
 
En équipe nationale, il est éliminé par deux fois en demi-finales aux tirs aux buts au Mondial 1998 et à l’Euro 2000. Et marque quasiment un but tous les deux matchs (37 pions pour 79 rencontres). Dennis aurait pu atteindre le statut de Cruyff. Il aurait pu. A chaque compétition internationale, il pèse plus que personne sur le jeu des Orange. Mais arrête sa carrière internationale en 2000. A l’époque il est le meilleur scoreur de l’histoire de la sélection. En club, Bergkamp est connu pour avoir été le leader technique de l’équipe « anglaise » la plus technique de l’Histoire du football britannique. Il remporte avec Arsenal trois championnats et 7 coupes. Et se retire en même temps qu’Highbury, comme un symbole de cet Arsenal qu’Arsène peine à retrouver… 
 
En 20 ans de carrière de l’Ajax à Arsenal en passant par l’Inter, il marque 201 buts en 553 matchs. Pas étonnant donc de voir qu’en 2009-2010, Bergkamp devient entraîneur des attaquants de l’Ajax. Cette saison-là, ils plantent 106 buts. On comprend pourquoi Luis Suarez a progressé si vite. « The Van Man » est maintenant entraîneur-adjoint. 


 
Alvaro Recoba, le pied gauche qui a ressuscité l’Uruguay
 
Alors que l’Uruguay vient de remporter la Copa América, on oublie que si Forlan, Suarez ou Cavani peuvent aujourd’hui faire les malins aux quatres coins de l’Europe, c’est bien grâce à la porte ouverte par El Chino. On s’est demandé pendant des années comment l’Uruguay reviendrait sur la carte du football mondial, son pied gauche a donné la réponse à tout un peuple. 

Certes, le moins qu’on puisse dire, c’est que Recoba n’a pas eu la carrière qu’il aurait du avoir. Le gaucher génial en a déçu beaucoup, et on l’associe souvent à la première phase de l’Inter de Moratti, celle des stars qui ne gagnaient pas. Le chouchou du Président intériste aura pourtant planté 63 buts avec les nerazzurri. Mais l’essentiel est ailleurs : sur ces 63 buts, près de 50 sont mis de l’extérieur de la surface. Enchaîner roulette et frappe enroulée du gauche n’était qu’une formalité pour ce joueur intrigant, parfois gros, parfois vif, insaisissable. En revoyant ses buts, vous vous direz sans doute que finalement, ce n’est pas Robben qui a inventé l’enchaînement imparable « crochet extérieur du gauche et frappe enroulée en lucarne opposée », ni Messi. Oublié, et plus influent qu’on peut le penser. Tellement oublié que la page française wikipédia du Chino n’est pas mise à jour depuis décembre 2009… Aujourd’hui, l’un des plus beaux pieds gauches de l’histoire du football termine sa carrière chez lui, en Uruguay, pour le Nacional.

 

 
Tomas Brolin, mieux que Zlatan ?
 

Lorsque l’on pense au football suédois aujourd’hui, un seul nom vient à l’esprit : Zlatan. Mais si le grand suédois jouit d’une popularité énorme grâce à ses succès en Série A, il symbolise également la crise actuelle du football suédois. Une star, aucun jeu, très peu de nouveaux talents et une non-qualification à la dernière coupe du monde. Mais Zlatan, actuel capitaine de la landslaget, c’est seulement 28 buts en 10 ans de sélections, une retraite internationale avortée et un échange de high-kicks avec Wilhelmsson. 
 
Brolin, lui, n’a vraiment joué au football que durant cinq ans, de 1990 à 1995. Mais a marqué à jamais l’histoire du football suédois. A l’époque, il évolue à Parme dans le grand Calcio de l’époque, avec qui il remporte une Coupe des Coupes en 1993 et une Coupe de l’UEFA en 1995. Surtout, il porte la Suède vers des sommets. En cinq ans et 47 sélections, le milieu de terrain offensif marque 26 fois. Après avoir terminé co-meilleur buteur de l’Euro 92 (avec Bergkamp), l’apothéose arrive avec la Coupe du Monde 1994 aux Etats-Unis. 
 
Portée par les pirouettes de sa star de 23 ans, la Suède termine 3ème et n’est éliminée que par le Brésil, futur champion, sur le score de 1 à 0 en demi-finale. La Suède parvient même à neutraliser le Brésil (1-1) en match de poule. Au bout d’un Mondial décevant sur le plan footballistique, la Suède de 1994 peut être comparée à l’Allemagne de 2010. Elle restera l’équipe qui aura émerveillé la planète foot le temps d’un mois, à base de combinaisons subtiles et d’un jeu étonnamment porté vers l’avant. L’attaque composée de Kennet Anderson, Martin Dahlin, Brolin et le tout jeune Henrik Larsson fait des ravages et met un peu de piment dans une compétition décevante. Les pirouettes de Brolin resteront gravées dans l’histoire du football des nineties.
 
Puis Brolin se blesse, et enchaîne les demi-saisons pourries. Il tombe dans l’alcoolisme, la drogue, et l’obésité. En 1999, il en vient à créer un band avec Björn Borg, Friends in need, qui ne sortira qu’un seul single, ridicule (vidéo). Assez logiquement, il devient joueur de poker professionnel en 2007.
 
 
 
Markus

Une réflexion sur “ Les Oubliés : Bergkamp, Recoba et Brolin ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.